Thursday , June 22 2017
aren
excessive and deadly cover photo

Open letter from 39 Sudanese NGOs and individuals concerning excessive use of force by Sudanese authorities

French translation follows text of letter below.

3 May 2016

To: African Commission on Human and Peoples’ Rights (ACHPR)

ACHPR Commissioner on the Human Rights Situation in Sudan, Mr Lawrence Mute

Government of Sudan

UN Human Rights Council

UN Independent Expert on the situation of Human Rights in Sudan, Mr Aristide Nononsi

UN Special Rapporteur on the rights to freedom of peaceful assembly and of association, Mr. Maina Kiai

cc: African Union Peace and Security Council

UN Security Council

Re. Open Letter concerning excessive use of force by Sudanese authorities

Dear all,

We, the undersigned thirty nine organizations and individuals, are writing to inform you of the use of excessive force by Sudanese authorities to disperse peaceful demonstrators across Sudan. At least nine people, including one child, have been killed in three separate incidents in 2016 alone. Most recently, two students were killed in separate incidents in April, in which government security forces and armed students used live ammunition to break up protests at two university campuses.

We are concerned that government forces will continue to use excessive force against protesters and to arbitrarily detain those who participate in them as they have done repeatedly since 2011.

The April incidents are the latest examples of an ongoing pattern of abuse. In September 2013 government forces used live ammunition to break up peaceful protests, killing more than 170 protesters. They also detained at least 800 protesters without charge during the crackdown in late September and early October and subjected many to ill-treatment in detention.

There has been little or no accountability for the deaths, injuries and various other abuses perpetrated by Sudanese authorities against protesters. A patchwork of legal immunities effectively shields government forces from criminal prosecution and accountability.

We, the undersigned Sudanese and international civil society organizations, condemn these unlawful killings and other abuses by government and allied forces. We urge you to reiterate to the Government of Sudan that all Sudanese have the right to freedom of expression, association, and assembly.

Killing of two students, and injury to dozens more, in demonstrations in North Kordofan and Omdurman in April 2016

On 19 and 27 April, two students were killed in two separate incidents in which government forces used live ammunition to disperse demonstrations on two university campuses.

  • On 19 April 2016, Abubakar Hassan, (m), 18 years of age and a first year engineering student at the University of Kordofan in El Obeid, North Kordofan state, was killed by a gunshot wound to the head. Twenty-seven other students were injured, five of them seriously. The attack began when the National Intelligence and Security Services (NISS), intercepted a group of students marching peacefully towards the Student Union to submit a list of pro-opposition candidates for student union elections that day. The NISS agents, using AK47 rifles and pistols, fired into the crowd. In the following days students demonstrated at universities across the country protesting Mr. Hassan’s death.
  • On 27 April 2016, at around 1pm, Mohamed al-Sadiq Wayo, (m), 20 years of age and a second year student at the Faculty of Arts at Omdurman Ahlia University in Khartoum State, was killed by a gunshot wound to the chest. Witnesses reported that the victim was shot by NISS agents after a political forum took place, which had been organized by the Nuba Mountain Students’ Association and at which members criticized the killing of Mr. Hassan as well as the forcible dispersal of demonstrations at Khartoum University on 13 April 2016.

Three other students were injured when alleged security forces in plainclothes attacked the students at the forum with iron batons and forced them out the main gate of the University. After some students had crossed the street, NISS officers fired at them, shooting Mr. Wayo in the chest. Mr. Wayo’s death certificate is attached.

The two killings took place amidst a wave of student demonstrations, beginning with protests at the University of Khartoum on 13 April 2016 over rumours that the main campus would be moved following the sale of campus land to investors. Amnesty International reported that five student activists from the University of Khartoum were detained without charge after being arrested by the NISS on 13 and 14 April 2016. Two students were released without charge on 23 April, with a third student released and charged under article 182, ‘Criminal Damage’ of the 1991 Sudanese Penal Code. A fourth detainee was released on 2 May 2016. The fifth detainee, Ahmed Zuhair, (m), remains detained by the NISS.

Killing of protesters, including a child, at demonstrations in West Darfur in January 2016

The recent killings form part of a larger pattern of the use of violence to suppress freedom of expression, association, and assembly across the country.

Earlier this year, on 10 January 2016, at least seven people, including one child, were killed when security forces opened live ammunition at a crowd of protestors outside the West Darfur state governor’s office. The crowd had gathered to demand protection after the nearby village of Mouli was looted and burned to the ground. The following day, three people were killed and seven others sustained gunshot wounds when security forces again fired live ammunition at the funeral for the deceased.

Arbitrary Arrest and Detention

An unknown number of detainees remain in NISS custody following arrest during student demonstrations in April 2016. We are concerned for the safety and well-being of all detainees held by NISS, particularly youth activists. In the past, our organisations have documented a number of incidents of arbitrary arrest and detention in conjunction with protests on Sudan’s University campuses. More than 800 people were detained during the crackdowns on protests in September and October 2013.

In another example, three youth activists from the University of Khartoum  were detained without charge or access to a lawyer for three months, from 12 May – 11 July 2014. They were detained after a Darfuri student Ali Abaker Musa Idris, (m), was killed on 11 March 2014 as Sudanese forces opened fire during a demonstration organized by the Darfur Students’ Association condemning escalating violence in Darfur. Two of the detainees reported being subjected to ill-treatment during their detention. The group was only released when they signed a document pledging to no longer partake in political activities.

Lack of accountability for deaths of students

We are concerned that the recent killings of Mr. Hassan, Mr. Wayo, and the civilians in January in Darfur, will go unpunished. A culture of impunity exists in Sudan due to legal immunities that effectively shield NISS, the police, and the army from prosecution.

During the September 2013 anti-austerity protests, Sudanese security forces fired live ammunition to disperse protestors. Although human rights groups documented that more than 170 were killed, many because of gun-shot wounds to the chest or head, Sudanese authorities have acknowledged just 85 deaths.

Out of at least 85 criminal complaints pursued by victims’ families, only one progressed to court. The murder conviction of the accused, a Sudan Armed Forces officer, was overturned on appeal. Human rights defenders and victims’ rights groups calling for justice and accountability for the 2013 protest killings have been subjected to arbitrary arrests and harassment.

Sudan should immediately put an end to persistent the human rights violations committed by its police and security services, remove provisions that provide them with broad powers of arrests and detention, and repeal immunities protecting them from prosecution. We urge all concerned actors to exert strong and effective pressure on the Sudanese government to halt its ongoing campaign of arbitrary arrest and detention and excessive use of force to silence dissenting voices.


We also call for the following urgent steps to be taken to ensure justice and accountability regarding the crimes outlined above:

  1. An immediate and impartial investigation by the Government of Sudan into the killings that have occurred in 2016 with a clear timeframe for the public announcement of the findings of these investigations.
  2. The immediate charge or release of all those arbitrarily detained, and for those charged, prompt access to a lawyer of their own choosing and full respect for their rights as detainees and to due process and a fair trial.
  3. The prompt release by the Government of Sudan of the findings of its previous commissions of inquiry, such as the investigations into the September 2013 killing of protestors and other incidents regarding the excessive use of force.
  4. The repeal by the Government of Sudan of the extensive immunities it has stipulated in Sudanese legislation that are protecting government officials and authorities from prosecution, and to hold those responsible for killings and other serious violations and crimes such as torture to account. 

Sincerely,

  1. African Centre for Justice and Peace Studies
  2. African Soul, American Heart
  3. Al Khatim Adlan Center for Enlightenment (KACE)
  4. Amnesty International
  5. Baroness Caroline Cox, House of Lords and President HART (Humanitarian Aid Relief Trust)
  6. Brooklyn Coalition for Darfur and Marginalised Sudan
  7. Center for Democracy and Peace
  8. Civil Society Initiative
  9. Colorado Coalition for Genocide Awareness & Action
  10. Darfur Bar Association
  11. Darfur Interfaith Network
  12. DefendDefenders (East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project)
  13. Face Past for Future
  14. Freedom House
  15. Humanity United
  16. Human Rights Watch
  17. Huqooq
  18. International Federation for Human Rights (FIDH)
  19. International Justice Project
  20. International Refugee Rights Initiative
  21. Jews against Genocide
  22. Journalists for Human Rights – Sudan
  23. Justice Africa for Rights and Developments
  24. Kamilia Ibrahim Kuku, Sudanese human rights activist
  25. New York Coalition for Sudan
  26. Nubia Project
  27. Operation Broken Silence
  28. PAX for Peace
  29. People4Sudan
  30. Preliminary Committee of the University of Khartoum Alumni in UK and Ireland
  31. Sudan Consortium
  32. Sudan Democracy First Group
  33. Sudan Human Rights Network
  34. Sudan Social Development Organisation
  35. Sudanese Solidarity Committee
  36. Sudan Unlimited
  37. Sudanese Human Rights Monitor
  38. The Enough Project
  39. Waging Peace

Contact:

In Kampala: Mossaad Mohamed Ali, (English and Arabic) ACJPS Executive Director, info@acjps.org, +256 779584542.

À l’attention de :
Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (CADHP)
Commissaire de la CADHP sur la situation au Soudan, M. Lawrence Mute
Gouvernement du Soudan
Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies
Experts indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Soudan, M. Aristide Nononsi
Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit de réunion pacifique et d’association, M. Maina Kiai
Copie à: Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine
Conseil de sécurité des Nations unies

Le 3 mai 2016,

Sujet : Lettre ouverte sur l’usage excessif de la force par les autorités soudanaises

Mesdames, Messieurs,

Nous, les 39 organisations et individus soussignés, vous écrivons pour vous informer de l’usage excessif de la force par les autorités soudanaises afin de mettre fin aux manifestations pacifiques organisées à travers le pays. Au moins neuf personnes, dont un enfant, ont été tuées au cours de trois incidents différents pendant la seule année 2016. Plus récemment, deux étudiants ont été tués dans des événements séparés en avril, au cours desquels les forces de sécurité du gouvernement et des étudiants armés ont tiré à balles réelles pour disperser des manifestations sur deux campus universitaires.

Nous craignons que les forces gouvernementales continuent d’utiliser une force excessive à l’encontre des manifestants et de détenir arbitrairement ceux qui y participent comme elles l’ont fait de manière répétée depuis 2011.

Les événements d’avril sont les derniers exemples en date d’une longue série de violences systématiques. En septembre 2013, les forces gouvernementales ont fait usage de balles réelles pour disperser des manifestations pacifiques, tuant plus de 170 manifestants. Lors de cette vague de répression, au moins 800 manifestants ont été détenus sans mandat et soumis à de nombreux mauvais traitements.

La justice a été peu, voire absolument pas rendue pour les personnes décédées, blessées ou victimes de divers autres abus commis par les autorités soudanaises contre les manifestants, un ensemble d’immunités juridiques les protégeant contre toutes poursuites pénales.

Nous, les organisations de la société civile soudanaises et internationales signataires, condamnons ces assassinats et autres violations commises par le gouvernement et les forces alliées. Nous vous exhortons à réitérer au gouvernement du Soudan que tous les soudanais disposent de leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion.

La mort de deux étudiants tués par balle lors de manifestations dans le Kordofan du Nord et à Omdurman en avril 2016

Les 19 et 27 avril, deux étudiants ont été tués dans des incidents séparés au cours desquels les forces gouvernementales ont fait usage de balles réelles pour disperser des manifestations sur deux campus universitaires.

Le 19 avril 2016, Abubakar Hassan, 18 ans, étudiant en première année d’ingénieure à l’Université de Kordofan, à El Obeid, dans l’État du Kordofan du Nord, a été tué par une blessure par balle à la tête. 27 autres étudiants ont été blessés, dont 5 grièvement.

L’attaque a commencé quand le Service national de renseignement et de sécurité (NISS), a intercepté un groupe d’étudiants qui marchait pacifiquement vers l’Union des étudiants afin de soumettre une liste de candidats pro-opposition à l’occasion de l’élection du syndicat étudiant ce jour-là. Armés de fusils AK-47 et de pistolets, Les agents du NISS ont tiré sur la foule. En réponse, des étudiants ont manifesté dans plusieurs universités du pays pour protester contre la mort de M. Hassan.

Le 27 avril 2016, autour de 13h, Mohamed al-Sadiq Wayo, 20 ans, étudiant en deuxième année à la Faculté d’art de l’Université Omduman Ahlia dans l’État de Khartoum, a été tué par une blessure par balle à la poitrine. Des témoins ont rapporté que la victime a été abattue par des agents du NISS après un forum politique organisé par l’association des étudiants des monts Nuba, au cours duquel les participants ont critiqué l’assassinat de M. Hassan et les dispersions par la force des manifestations à l’Université de Khartoum le 13 avril 2016.

Trois autres étudiants ont été blessés lorsque des présumés forces de sécurité habillées en civil ont attaqué les étudiants dans le forum avec des matraques en métal et les ont forcé à quitter l’Université par l’entrée principale. Après que quelques étudiants aient traversé la rue les agents du NISS leur ont tiré dessus, tuant M. Wayo. Son certificat de décès est joint.

Les deux assassinats ont eu lieu au cours d’une vague de manifestations étudiantes, qui ont commencé par des manifestations à l’Université de Khartoum le 13 avril 2016 après la rumeur que le campus principal serait déplacé à la suite de la vente du terrain à des investisseurs. Amnesty International a rapporté que cinq militants étudiants de l’Université de Khartoum ont été détenus illégalement après avoir été arrêtés par le NISS les 13 et 14 avril 2016. Deux étudiants ont été libérés sans inculpation le 23 Avril, tandis qu’un troisième étudiant a lui été libéré et inculpé en vertu de l’article 182, «Criminal Damage» du Code pénal soudanais de 1991. Un quatrième détenu a été libéré le 2 mai 2016. Le cinquième, Ahmed Zuhair, reste quant à lui détenu par le NISS.

Morts de plusieurs manifestants, dont un enfant, lors des manifestations dans l’ouest du Darfour en janvier 2016

Ces récents assassinats mettent en lumière l’utilisation systématique de la violence pour réprimer la liberté d’expression, d’association et de réunion à travers le pays.

Plus récemment, le 10 janvier 2016, au moins sept personnes, y compris un enfant, ont péri quand les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur une foule de manifestant devant le bureau du gouverneur de l’État du Darfour de l’ouest. La foule s’était rassemblée pour demander protection après que le village voisin de Mouli ait été pillé et incendié. Le lendemain, trois personnes ont été tuées et sept autres ont été blessées par balle lorsque les forces de sécurité ont à nouveau tiré à balles réelles à l’enterrement des défunts.

Arrestations et détentions arbitraires

Un nombre indéterminé de personnes est toujours détenu au NISS, à la suite de leur arrestation au cours des manifestations d’avril 2016. Nous craignons pour la sécurité et le bien-être de tous les prisonniers du NISS, et particulièrement ceux des jeunes militants. Par le passé, nos organisations ont documenté plusieurs cas d’arrestation et détention arbitraires en lien avec des manifestations oeganisées sur les campus universitaires soudanais. Plus de 800 personnes ont été arrêtées au cours des répressions des manifestations de septembre et octobre 2013.

Trois jeunes militants de l’Université de Khartoum ont été détenus au secret du 12 mai au 11 juillet 2014 sans inculpation ni accès à un avocat pendant trois mois suite à leur participation à des manifestations à l’Université de Khartoum pour protester contre le meurtre d’un étudiant du Darfour, Ali Abaker Musa Idris, abattu le 11 mars 2014, lorsque les forces soudanaises ont ouvert le feu lors d’une manifestation organisée par l’Association des étudiants du Darfour pour condamner l’escalade de la violence au Darfour. Deux des détenus ont déclaré avoir été soumis à des mauvais traitements pendant leur détention. Le groupe a été libéré seulement après avoir signé un document les engageant à ne plus participer à des activités politiques.

Impunité des personnes responsables de la mort des étudiants

Nous sommes préoccupés de constater que les assassinats récents de MM. Hassan et Wayo, ainsi que ceux des civils tués en janvier au Darfour, restent impunis. Une culture de l’impunité domine au Soudan en raison des immunités instaurées par la loi et qui constituent un obstacle à la poursuite des agents du NISS, de la police et de l’armée.

Au cours des manifestations contre l’austérité organisées en septembre 2013, les forces de sécurité soudanaises ont tiré à balles réelles pour disperser les manifestants. Alors que les organisations de défense des droits de l’Homme ont documenté plus de 170 cas d’assassinat, beaucoup tués à la suite de blessures par balle à la tête ou dans la poitrine, les autorités soudanaises ont reconnu seulement 85 morts.

Sur au moins 85 plaintes pénales déposées par les familles des victimes, seulement une seule a abouti à un procès. La condamnation pour meurtre de l’accusé, un officier des Forces armées du Soudan, a été annulée en appel. Les défenseurs des droits de l’Homme et les membres des groupes de défense des droits des victimes appelant à ce que justice soit faite pour les assassinats des manifestations de 2013 ont subi des arrestations arbitraires et des actes de harcèlement.

Le Soudan doit mettre un terme à la pratique systématique de violation des droits humains par ses services de police et de sécurité, supprimer les dispositions qui leur fournissent de larges pouvoirs d’arrestation et de détention, et abroger les immunités les protégeant contre des poursuites.
Nous exhortons tous les acteurs concernés à exercer une pression forte et effective sur le gouvernement soudanais pour qu’il mette fin à sa campagne d’arrestations et de détentions arbitraires en cours ainsi qu’à l’usage excessif de la force pour museler toute voix contestataire.

Nous appelons également à ce que les mesures urgentes suivantes soient prises afin de garantir à ce que la justice soit faite pour ces crimes:

1. Une enquête immédiate et impartiale par le gouvernement du Soudan sur les assassinats commis en 2016 avec un calendrier précis pour l’annonce publique des résultats de ces enquêtes ;

2. La libération de toutes les personnes détenues arbitrairement, et pour celles qui sont inculpées, l’accès rapide à un avocat de leur choix et le plein respect de leurs droits en tant que détenus ainsi qu’à leur droit une procédure et à un procès équitable ;

3. Que le gouvernement du Soudan publie les conclusions des commissions d’enquête précédentes, telles que celles des enquêtes sur les assassinats des manifestations de septembre 2013 ainsi que sur les autres incidents impliquant le recours excessif à la force.

4. Que le gouvernement du Soudan abroge les immunités étendues instaurées par la législation soudanaise qui constituent un obstacle à la poursuite des fonctionnaires et des autorités gouvernementales, et qu’il poursuive les personnes responsables de meurtres et d’autres violations et crimes graves tels que la torture.
Cordialement,

Organisations signataires :
African Centre for Justice and Peace Studies
African Soul, American Heart
Al Khatim Adlan Center for Enlightenment (KACE)
Amnesty International
Baroness Caroline Cox, House of Lords and President HART (Humanitarian Aid Relief Trust)
Brooklyn Coalition for Darfur and Marginalised Sudan
Center for Democracy and Peace
Civil Society Initiative
Colorado Coalition for Genocide Awareness & Action
Darfur Bar Association
Darfur Interfaith Network
DefendDefenders (East and Horn of Africa Human Rights Defenders Project)
Face Past for Future
Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)
Freedom House
Humanity United
Human Rights Watch
Huqooq
International Justice Project
International Refugee Rights Initiative
Jews against Genocide
Journalists for Human Rights – Sudan
Justice Africa for Rights and Developments
Kamilia Ibrahim Kuku, Sudanese human rights activist
New York Coalition for Sudan
Nubia Project
Operation Broken Silence
PAX for Peace
People4Sudan
Preliminary Committee of the University of Khartoum Alumni in UK and Ireland
Sudan Consortium
Sudan Democracy First Group
Sudan Human Rights Network
Sudan Social Development Organisation
Sudanese Solidarity Committee
Sudan Unlimited
Sudanese Human Rights Monitor
The Enough Project
Waging Peace